18
janvier
Par

Politiques environnementales et formes d’incitation

24  janvier 2017 – 17h30 à 19h – Amphithéâtre de la MISHA

 

A partir d’exemples concrets, nous essaierons de comprendre et de montrer les raisons de la mise en place d’incitations auprès des individus dans le cadre d’une régulation environnementale.

Si une des raisons est d’inciter les individus à adopter des comportements plus respectueux de l’environnement, la mise en place des incitations peut révéler d’autres motifs (revenus fiscaux, lutte contre la pauvreté… ), l’efficacité des incitations s’en trouvant alors parfois réduite.

Plus récentes (depuis le début du 20ème siècle), les politiques environnementales s’inscrivent dans la même lignée que d’autres types de politiques (travail, monétaire, fiscale, etc). Néanmoins, elles ont accès à une panoplie de mécanismes incitatifs plus vaste. Les politiques environnementales ont cherché à mettre en place plus récemment d’autres types d’instruments issus des connaissances obtenues en psychologie ou en économie comportementale, dans le but de remplacer ou de compléter les mesures existantes. Ces nouvelles mesures peuvent notamment s’appuyer sur l’existence de comportements pro-sociaux visant à profiter à l’ensemble de la société (tri sélectif, économies d’énergie…).

Au cours de l’exposé, plusieurs formes d’incitations seront présentées (instruments dits de marché, écolabels, nudges, etc). Nous discuterons leur principe, ainsi que des exemples de mise en place.

Enfin, nous discuterons de l’efficacité relative des différentes politiques environnementales (équivalence, permanence, acceptabilité sociale, incitations perverses…).

Dans les mêmes thématiques :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *